Infos pratiques

Les groupes ont lieu une fois par mois, le dimanche, de 9h00 à 19h00.

Vous pouvez me joindre pour plus de renseignements :
Sophie Vincendeau
1 rue des Montiboeufs
75020 Paris
(M° Porte de Bagnolet)
+33 6 15 22 97 80
contact@sophie-vincendeau.com

Christiane Singer

Christiane Singer est née en 1943 à Marseille où ses parents se sont installés après un long périple. Les grands-parents paternels juifs hongrois quittent avec leurs cinq enfants Budapest pour Vienne. Et son père, grand admirateur de la culture française, fuit en 1935 pour Paris avec sa mère mi-russe, mi-tchèque. Christiane a toujours vécu, dit-elle, dans le rêve de la forêt viennoise, de la littérature allemande et de la culture de la MittelEuropa.

Elle rencontre en 1968 celui qui deviendra le compagnon de toute sa vie. Lectrice à Bâle puis à Munich, professeur de littérature à Fribourg, Christiane Singer suit l’enseignement de Graf Karlfried Dürckheim, un des disciples de Jung.Christiane Singer, au charisme étonnant, romancière, psychothérapeute, essayiste et surtout témoin lucide et passionné de nos errances existentielles, interpelle nos consciences sur ce que nous faisons de nos vies et de nos amours. Christiane Singer place la dimension intérieure et spirituelle propre à chacun et l’éthique de soi au cœur de son œuvre et de son travail thérapeutique.

En 1973 elle décide de s'installer avec son mari à Rastenberg, château familial sombre et austère, où elle apprend ce que veut dire héritage, transmission et lieu de vie. C'est là qu'elle élève ses deux fils, écrit et poursuit un travail de thérapeute où se rejoignent les expériences spirituelles de toutes les traditions. C’est dans cette forêt de Rastenberg qu’elle organise des séminaires à la « Lichtung » («La Clairière»), une maison édifiée par son mari architecte et conçue par elle. Dans une atmosphère propice à la connaissance de soi et à l’épanouissement de la personnalité, on entre en communion avec la nature, source de sagesse et d’émerveillement. Dans les années 1990 elle ressent le désir d'en transmettre ce qu'elle y a appris au travers de conférences dans toute l'Europe.

Une transmission qui fait appel autant aux sources religieuses, mystiques, du judaïsme, du christianisme ou du bouddhisme, aux poètes, aux philosophes ou aux romanciers, qu'à ses rencontres et à son propre cheminement.

Fidèle à cet engagement de ce qui fait le sens de la vie, « Rien ne nous est dû », disait-elle souvent, mais aussi « je veux retrouver la faculté d'émerveillement sans laquelle rien ne se révèle ».

Son œuvre

Grand prix de la langue français en 2006 à l’occasion de la sortie du roman « Seul ce qui Brûle », prix des Libraires en 1979 pour « La mort viennoise », prix Albert Camus en 1989 (« Histoire d’Âme ») en 1993, prix des écrivains croyants (« Une passion »), en 2000 prix Anna de Noailles (« Eloge du mariage, de l’engagement et autres folies »), en 2006 Prix de la Langue française (« Seul ce qui brûle »).

Ses romans

  • Cahiers d'une hypocrite, 1965
  • La Mort viennoise, 1979
  • Histoire d'âme, 1989
  • Rastenberg
  • Les Sept nuits de la Reine
  • Seul ce qui brûle, 2006

Ses essais

  • Du bon usage des crises, Éloge du mariage, de l'engagement et autres folies
  • Où cours-tu, ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?
  • N'oublie pas les chevaux écumants du passé
  • Derniers fragments d'un long voyage (lorsqu’elle a appris qu’il lui restait six mois à vivre, l’écrivaine Christiane Singer a commencé à rédiger ses Derniers Fragments d’un long voyage, témoignage bouleversant à l’approche de la mort)